Le coût de l’incompétence

En 2006 Alitalia, la compagnie aérienne italienne, avait mis en vente, sur internet, un billet en classe affaire de Toronto vers Chypre à 39 $ au lieu de 3900, terrible erreur parce que 2000 personnes ont pu réservé en ligne avant que le prix ne soit corrigé. Pour ne pas porter atteinte à son image de marque, la compagnie aérienne avait décidé d’honorer les billets réservés, une malencontreuse erreur « de frappe » qui avait coûté à l’entreprise 7,72 millions de dollars.[1]

Les exemples d’erreurs qui ont coûté cher à l’entreprise sont légion, la dernière qui a fait l’actualité est peut-être le téléphone explosif, au sens propre et figuré, de Samsung, le Galaxy Note 7, et dont le retrait pourrait coûter à l’entreprise 11,8 milliards de dollars[2]. Les erreurs vont des cas extrêmes de fautes de managers conduisant à la faillite, jusqu’aux fautes plus anodines commises au quotidien de la vie professionnelle, mais qui peuvent être tout aussi redoutables en s’accumulant jusqu’au pourrissement. Lire la suite

Publié dans Non classé, Psychologie, Management, Economie | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Tahar Zbiri: La démocratie par le putsh

Profitant de mon congé annuel j’ai lu plusieurs livres qui étaient empilés sur ma table depuis des mois, faute de temps. Il y a deux types de livres qui vous marquent : les très bons et les très mauvais ! Dans cette deuxième catégorie j’ai lu les mémoires de Mr. Tahar Zbiri, intitulé « un demi-siècle de combat : mémoire d’un chef d’état-major algérien ». Mon dépit pour ce livre n’est pas dû à la manière dont il écrit, ni à la personne de son auteur que je ne connaissais qu’à travers mes lectures, d’ailleurs ces mémoires pourraient être d’une certaine valeur historique, et leur auteur a le mérite au moins d’apporter son témoignage. L’exaspération qu’a suscité en moi la lecture de ce livre est due surtout aux fait dévoilés, sur la manière, du moins irresponsable, avec laquelle ont été menées vers la dérive les affaires d’un état à peine soulevé de ses décombres.

Le livre raconte des luttes intestines pour le pouvoir, à la House of Cards, au sommet de l’état, à l’insu du peuple qui est le dernier souci de toutes (ou presque toutes) les parties du conflit. L’auteur a beau essayé d’euphémiser son récit, on ne peut pas embellir une ignominie, on a beau couvrir l’opprobre de toutes les fleurs du printemps, et le justifier par toutes les belles intentions du monde, il restera infâme et répugnera la mémoire de plusieurs générations d’algériens et des non algériens.

Couverture des mémoires de Tahar Zbiri

Lire la suite

Publié dans Histoire, Livres, Non classé, Politique | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

L’enfer et le paradis …sagesse japonaise

Voici une petite histoire extraite du livre de Daniel Goleman, l’intelligence émotionnelle, qui m’a marqué:

Un jour un samouraï belliqueux somma un maitre zen de lui expliquer ce qu’étaient le paradis et l’enfer. Le moine lui répondit avec mépris:

-Tu n’est qu’un rustre, je n’ai pas de temps à perdre avec des gens de temps espèce.

Se sentant insulté, le samouraï devint furieux et tirant son épée, cria:

-Je pourrai te tuer pour ton impertinence .
-Voilà ce que l’enfer , répliqua le moine calmement.

Surpris par la vérité de ces paroles le samouraï se calma, rengaina son épée, salua le maitre et le remercia de l’avoir éclairé.

-Et voilà le paradis, ajouta celui-ci.

Source: L’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Question everything

L’homme étant un animal social par instinct, cherche souvent à s’assimiler au groupe, notamment lorsque celui-ci est nouveau pour lui. C’est le cas des nouvelles recrues dans les entreprises dont le souci d’intégration dépasse souvent le poids des missions confiées. La nouvelle recrue adopte rapidement les habitudes et les réflexes de ses collègues plus anciens, et absorbe d’un trait une certaine culture d’entreprise sans effort de réflexion et de sélection entre les bons rites et les mauvais.

Ensuite le temps passe et la nouvelle recrue devient ancienne dans l’entreprise, et les mêmes réflexes seront encore plus profondément ancrés, par l’effet du conditionnement cette fois-ci, ci bien élucidé dans le théorème des singes.

Monkey experiment

Monkey experiment

Lire la suite

Publié dans Management, Psychologie | Tagué , , , | Laisser un commentaire

L’allégorie de la caverne

Connait-on la réalité ? Peut-on accéder à la réalité ? Et surtout l’accepterait-on ? Les gens sont satisfaits dans leur ignorance, et quiconque tente de les éclairer les dérangent et risque d’être persécuté. Les prophètes, les savants et les philosophes ont tous été persécutés, chassés ou même exécutés, comme Platon qui nous explique ce phénomène par sa merveilleuse allégorie de la caverne.

Dans une demeure souterraine, en forme de caverne, des hommes sont enchaînés. Ils n’ont jamais vu directement la lumière du jour, dont ils ne connaissent que le faible rayonnement qui parvient à pénétrer jusqu’à eux. Des choses et d’eux-mêmes, ils ne connaissent que les ombres projetées sur les murs de leur caverne par un feu allumé derrière eux. Des sons, ils ne connaissent que les échos. « Pourtant, ils nous ressemblent ».

Que l’un d’entre eux soit libéré de ses chaînes et accompagné de force vers la sortie, il sera d’abord cruellement ébloui par une lumière qu’il n’a pas l’habitude de supporter. Il souffrira de tous les changements. Il résistera et ne parviendra pas à percevoir ce que l’on veut lui montrer. Alors, Ne voudra-t-il pas revenir à sa situation antérieure ? S’il persiste, il s’accoutumera. Il pourra voir le monde dans sa réalité. Prenant conscience de sa condition antérieure, ce n’est qu’en se faisant violence qu’il retournera auprès de ses semblables. Mais ceux-ci, incapables d’imaginer ce qui lui est arrivé, le recevront très mal et refuseront de le croire : « Ne le tueront-ils pas ? »

 

Texte complet de l’allégorie:

Lire la suite

Publié dans Philosophie | Tagué , , , | Laisser un commentaire

A la redécouverte de Constantine

Photo du pont suspendu Sidi Msid

Après une longue semaine de travail à l’usine, souvent de 8h du matin à 20 ou 21h, avec notre partenaire d’un laboratoire français, pour qui nous fabriquons des médicaments, nous avons pu terminer la fabrication jeudi matin, un peu devant le planning. J’ai donc proposé à mon partenaire français une petite virée à Constantine, lui qui était logé à Novotel, un hôtel en plein centre ville, et qui était impressionné par la nouvelle façade du centre culturelle El Khalifa, sur lequel donne sa fenêtre, et qui ne connaissait pourtant de Constantine que les quelques photos qu’il avait pu trouver sur internet.

Nous avons donc pris notre déjeuner au réfectoire de l’usine, et pendant le repas je n’ai pas arrêté de parler de ma ville à mon invité, tant bien que mal, je lui ai parlé des trésors  du musé de Constantine qui raconte l’histoire numide, romaine, hafside, ottomane et coloniale de la ville, et que je n’arrive toujours pas à cerner, je lui ai parlé de Cirta l’antique, la capitale politique et culturelle de Massinissa l’agalid, je lui ai parlé du Bey turque, Ahmed Bey, qui a organisé la résistance contre le colonisateur français, de son majestueux château à la place Fosch qui a fasciné l’écrivain français Guy de Maupassant et le peintre de même nationalité Horace Vernet. Je lui ai décrit le vieux rocher et les passages secrets creusés dedans dont on n’arrive toujours pas à percer le secret. je lui ai cité les vielles mosquées zirides, turques et modernes dont la prodigieuse mosquée El Émir Abdelkader, deuxième plus grande mosquée en Afrique. Je lui ai parlé de Malek Bennabi, le visionnaire, de Abdelhamid Ben Badis le savant, Kateb Yacine et Malek Haddad dont les écritures ont ébloui les lecteurs des deux cotés de la méditerranée. Lire la suite

Publié dans Culture, Ma vie | Tagué , , | 2 commentaires

Le terrorisme latent

La chronique coranique raconte l’histoire d’Abraham qui a tant invité son peuple à abandonner le culte des idoles, sculptées par son propre père Azar, d’or, d’argent, de bois, d’airain et de toute sorte de matières, et qu’il vendait ensuite aux hommes à prix d’argent. Mais les gens ne voulaient pas entendre raison et Abraham fut placé dans un temple pour apprendre l’idolâtrie. Abraham pour convaincre les siens de l’impotence de leurs statuettes, profitât d’une fête solennelle, à laquelle principat tous, hommes et femmes, grands et petits, sauf lui qui s’en excusa, pour détruire les idoles. Abraham frappa donc les idoles à coup de hache, à l’une il coupa la tête, à l’autre il cassa les mains et les pieds, et lorsqu’il les eut brisées, il les jeta la face contre terre. Il accrochât ensuite sa hache sur le cou de la plus grande statue, à laquelle il ne fit aucun mal. A leur retour les prêtres, pétrifiés par la scène qu’ils venaient de découvrir, et connaissant son aversion pour leur idoles, devinèrent tout de suite l’auteur du drame. Abraham fut présenté au roi Nemrod. Celui-ci lui demanda : est-ce toi qui as ainsi traité nos dieux ? Abraham répondit : c’est la plus grande de toutes les idoles qui a fait ce que vous voyez ; car la hache est sur ses épaules. Abraham ajouta encore : consultez ces idoles, et si elles disent quelque chose, ce sera vrai. Nemrod dit à Abraham : ces idoles ne peuvent pas parler. Abraham lui répondit : malheur à vous ! Vous adorez, en laissant Dieu de côté, une chose qui ne vous rapporte aucune utilité : comment votre dieu serait-il un être raisonnable ?(1) Ainsi les gens devaient protéger les idoles qu’ils adoraient d’Abraham, et plus tard encore de Mohammed (QSSL), les gens adoraient des dieux inanimés et impuissants, qui ne pouvaient pas se protéger, et avaient besoin de leur protection. Les prophètes sont venus pour combattre ces pratiques absurdes et ramener les gens à adorer un Dieu tout puissant, qui les protège et qui n’a pas besoin de protection. Mais certains gens s’obstinent à protéger Dieu de ses créatures, et à appliquer ses enseignements parmi les hommes à coup de fouet et de sabre. Pourtant Dieu a donné à l’homme le libre arbitre, et lui a envoyé tant de messagers et pas un seul bourreau, pour lui inculquer la foi et la raison, et lui a reporté le jugement jusqu’au jour promu. Même le diable fut épargné jusqu’à la fin des temps. Mais certains hommes sont impatients et se sont autoproclamés les soldats de Dieu et tuent en son nom ! Je ne suis pas un prédicateur ni un muphti mais je suis assez raisonnable pour savoir que si Dieu voulait faire appliquer, de force, ses lois aux hommes il n’aurait pas besoin de mes services. N’est-il pas plus raisonnable, que certains protecteurs de la religion, ce berger arabe qui faisait paitre son troupeau auprès de la Kaaba, et qui décidât sagement de mettre ses chameaux à l’abri lorsque la Kaaba fut attaquée par les abyssins, en prononçant ses célèbres propos : « la Kaaba a un Dieu qui la protège », n’est-il pas plus intelligent ? C’était pourtant Abedelmoutalib le grand-père du prophète Mohammed (QSSL), avant la naissance du prophète et avant l’avènement de l’islam. On ne reconnait le destin que lorsqu’il nous dépasse, mais on n’hésite pas à éclabousser le destin des gens par des marées de sangs s’il n’arrange pas nos mœurs. Le terrorisme est latent dans les esprits avant de passer à l’acte, c’est l’état d’esprit de tous ceux qui croient que la vérité se trouve sur la lame de leurs couteaux, ou les balles de leurs kalachnikovs, même s’ils n’ont pas encore des couteaux et des kalachnikovs. Ne sont-ils pas aussi terroristes les gens qui se réjouissent aux drames terroristes annoncés dans les médias ? Ne sont-ils pas autant psychopathes ceux qui se permettent de juger si les victimes d’un attentat terroriste méritaient ou pas leur sort ? Le terrorisme c’est l’état d’esprit de tous ceux qui veulent voiler les femmes par la force, et faire jeuner les non jeuneurs par la violence. Si la théorie du complot s’avère vraie et que El Quaida ou l’EI soient des créations des services américains et israéliens, ceci ne dégage en rien la responsabilité des islamistes intégristes, car même si les plans sont américains ou israéliens, l’exécution se fait grâce à des recrues manipulées et facilement manipulables car elles sont prédisposées par la société, la misère et le matraquage médiatique intégriste. Et si donc l’on veut combattre le terrorisme il va falloir remonter plus loin que les terrains de bataille et aller à l’essentiel : l’éducation. Il faudrait combattre ces idées servies, comme des boites de conserves, qui donnent une raison d’être à ceux qui n’en ont pas, il faudrait enseigner la tolérance et le vivre-ensemble au lieu de la haine de l’autre, qui croit en un autre dieu, ou qui prie différemment, ou qui a simplement une vision différente de l’islam. (1): la chronique de Tabari.

Publié dans Divers, Politique | Tagué , , , , , | 1 commentaire