Le numérus clausus en pharmacie

Les étudiants en pharmacie ont tenu, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, une grève pour presque trois mois, parmi les principales revendications figurait l’allègement des conditions d’obtention de l’agrément permettant  l’installation d’une officine, ce point précis m’est revenu en tête en lisant sur le journal Le Soir du 30 mai 2011, une lettre ouverte des pharmaciens de Tipaza à l’intention du ministre de la santé, des pharmaciens d’officine qui se plaignaient du DSP (directeur de la santé publique) de la wilaya de Tipaza qui, depuis 2005, autorisait des installations en ville « en ignorant le numérus clausus , et sur des sites qui ne répondent pas aux critères de la zone enclavée » !

La lettre en question figurait sur la page 16, une page de publicité (malheureusement non disponible sur l’archive en ligne du journal), et trop lente pour que je l’écrive en totalité (je suis fainéant parfois), mais en résumé ces pharmaciens étaient vraiment très mécontents de l’autorisation de ces installations ne répondant pas aux normes, et ont bien expliqué sur  deux longues colonnes les risques sur la profession d’une telle dérive.

Je ne sais pas si vous arrivez à voir la contradiction ; les étudiants en pharmacie veulent diminuer le numérus clausus de 5000 à 2000 alors que les pharmaciens d’officine plaident pour le respect de la loi en vigueur concernant les installations,  sincèrement moi je n’étais pas trop étonné en lisant cette lettre, c’est une situation que j’avais bien imaginé si jamais on allégeait le numérus clausus, la profession du pharmacien perdrait du peu d’estime qui lui reste en Algérie, ne serait plus protégée de la malhonnêteté commerciale pour les plus faibles, et se comblerait d’erreurs commises par des pharmaciens plus concentrés sur leurs survies.

Certes, on peut prendre des mesures pour faciliter l’installation de nouvelles pharmacies, surtout éradiquer la corruption, mais le numérus clausus reste –à mon avis- indispensable à la bonne pratique de la pharmacie et à la préservation de la santé publique, et pour éviter de former des pharmaciens sans avenir je pense que le numérus clausus doit être appliqué plutôt, dès l’admission aux études de pharmacie.

About these ads
Cette entrée, publiée dans Non classé, est taguée , . Bookmarquez ce permalien.

8 réponses à Le numérus clausus en pharmacie

  1. amina dit :

    l’article est intéressant , merci d’avoir mis en lumière la discordance. je comprend ton point de vue vis-a-vis de l’allègement du numérus clausus , mais pour autant je n’ai pas saisi la solution que propose l’article …comment peut on appliquer ce numéro des l’admission? ( on se basant sur des statistiques de réussite ,après les 5ans ou 6 maintenant ? )

  2. Adel dit :

    Merci Amina, oui, statistiquement parlant c’est possible d’anticiper avec une bonne approche le nombre des pharmaciens actifs(et qui seraient actifs) au marché du travail et au lieu de former 200 pharmaciens/ an puis condamner 90% (juste un exemple) d’entre eux au chômage par le numérus clausus, pourquoi ne pas suivre le modère français qui applique le numérus clausus dès l’inscription dans la pharmacie(nombre limité et concours), chez nous le nombre d’admissions est basé uniquement sur le nombre de places pédagogiques disponibles, qui dépasse souvent le nombre de postes dans le marché du travail.

  3. amina dit :

    oui, c’est bien , c’est intéressant ,mais comment faire entendre cette idée , cette politique a nos dirigeant ?:est elle condamner a rester sur ce blog ou sur le papiers de nos journaux ?!! en tout cas merci pour la réaction…

    • Adel dit :

      Merci à toi, comme je l’ai précisé ce qui m’a motivé à évoquer cette question est surtout l’incohérence entre les revendications des étudiants en pharmacie en grève et les pharmaciens d’officine, j’avais inutilement espéré que ce mouvement de grève soit fondé sur des idées fortes et une conscience solide de la part des étudiants et non pas qu’un spectacle orchestré d’ailleurs (?) un mouvement qui n’a aboutit qu’à une année d’étude supplémentaire qui sera budgété avec des milliards que je doute fort sont dépensés pour calmer une grève d’étudiants. Alors en réponse à ta question ce n’est pas que le système qui est sourd, nous sommes muets.

  4. amina dit :

    ce n’est pas que le système qui est sourd, nous sommes muets. a méditer ! nous a la fleur de l’age …
    merci

  5. Merci bien d’avoir aborder cette question mai,en tanque étudiant en pharmacie qu’est ce qu’on peut faire & quelle est la solution?

    • Adel dit :

      En tant qu’étudiant on doit au moins être conscient et mobilisé, on se doit de comprendre profondément son intérêt et être à la hauteur de ce qu’on est, pour ne pas permettre à des opportunistes de nous manipuler, et pour ne pas finir revendiquer ce qui est susceptible de nuire encore plus à notre situation.

  6. hind dit :

    on ne sait plus quoi faire!!! moi personnellement je suis de la promo 2009 et j’attends tjr le miracle je dis bien miracle car c’est ce qu’il nous faut vu que ça ne bouge pas surtout du coté de Constantine et qu’il y a ceux qui obtiennent leur agrément de façon irrégulière louche et hram!!! si on pouvait être une seule voix et faire face a cette situation je pense qu’on aurait une chance de s’en sortir -_-

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s